Syndicalisme positif :
notre programme
en 5 axes

Téléchargez le programme en PDF

Elections aux Chambres d’agriculture :
le terrain a parlé !

Elections aux Chambres d’agriculture : le terrain a parlé !

 
Avec un score consolidé de 55,44%, à la hausse par rapport à 2013, les listes JA+FNSEA ont
rassemblé une majorité absolue de femmes et d’hommes autour d’un projet engageant pour
l’agriculture, ancré sur des valeurs humaines de solidarité et de proximité. Cette confirmation par
les urnes démontre de manière éclatante notre légitimité de syndicat agricole majoritaire.

Dans un contexte particulièrement éprouvant pour notre démocratie, nous notons la baisse de
participation, et saurons en tirer les enseignements ; mais, avec 46% de votants, la profession
agricole reste celle qui se mobilise le plus pour voter.

Nous nous attacherons à mettre en oeuvre notre projet dans les Chambres d’agriculture au
bénéfice de tous les agriculteurs et de toutes les agricultures de la ferme France, car nous
incarnons un syndicalisme responsable, reposant sur l’action collective, qui construira avec tous
l’avenir agricole.

Nous rappellerons la place incontournable d’un corps intermédiaire pour porter haut la voix d’un
métier et défendre son besoin aigu d’écoute et de reconnaissance.

Cette élection n’est pas une finalité : elle servira à donner force et élan pour porter nos idées,
mettre en oeuvre nos projets et faire aboutir nos revendications. Nous devons maintenant
continuer à rassembler l’agriculture française vers l’accomplissement de nos engagements.

Car nous sommes convaincus que c’est tous ensemble que nous ferons évoluer l’agriculture
française !

Résultat = 55,44%
Attractive

UNE AGRICULTURE ATTRACTIVE :
LA PASSION DU MÉTIER, L’AUDACE DE S’INSTALLER ET L’ENVIE DE TRANSMETTRE

Cliquez pour lire
Progrès

UNE AGRICULTURE DE PROGRÈS
POUR QUE CHACUN VIVE
DIGNEMENT DE SON MÉTIER

Cliquez pour lire
Reconnue

UNE AGRICULTURE
RECONNUE POUR SES MULTIPLES
CONTRIBUTIONS : RECONNECTER LA SOCIÉTÉ ET SON AGRICULTURE

Cliquez pour lire
Au coeur

UNE AGRICULTURE AU COEUR 
DU PROJET EUROPÉEN

Cliquez pour lire
Projets

UNE AGRICULTURE DE PROJETS
POUR LA VITALITÉ ÉCONOMIQUE
DES TERRITOIRES

Cliquez pour lire
Accompagner

DES CHAMBRES D’AGRICULTURE
QUI DOIVENT ACCOMPAGNER
NOTRE PROJET

Cliquez pour lire

UNE AGRICULTURE ATTRACTIVE :
LA PASSION DU MÉTIER, L’AUDACE DE S’INSTALLER ET L’ENVIE DE TRANSMETTRE

La première richesse de l’agriculture, ce sont les femmes et les hommes qui la font vivre. Notre priorité est de poser les conditions permettant à l’agriculture d’attirer les talents et les compétences notamment au regard des enjeux démographiques dans les dix prochaines années.

1– Toujours améliorer l’accompagnement des jeunes qui s’installent
Lire la suite
L’installation des jeunes en agriculture se raisonne à long terme. Dans un monde plus ouvert que jamais et avec des outils de régulation réduits, il est impératif de prendre les décisions permettant d’assurer la pérennité de l’activité agricole, de donner de la visibilité aux jeunes et de sécuriser les reprises et créations d’entreprises. C’est une condition impérative pour améliorer l’image du métier d’agriculteur et permettre la réussite de tous les projets, dans leur diversité. Nous avons comme objectif de permettre à des jeunes de s’installer en agriculture avec des conditions de vie et de revenu satisfaisantes. Ils doivent pouvoir se projeter dans leur projet, individuel ou collectif, à travers un métier connecté avec son temps.

# Nous appelons à l’amélioration de l’accompagnement humain et financier des projets viables. Il doit être adapté à tous les types de projets, y compris les projets innovants et sources de valeur ajoutée. Il doit être personnalisé et professionnalisant.
#
Nous demandons un véritable plan de professionnalisation confortant la qualité et la nécessité d’un haut niveau d’exigence de la formation.
#
Nous demandons que les mesures soient prises pour rendre attractif nos métiers notamment en développant l’apprentissage, en favorisant les échanges entre professionnels et établissements d’enseignement (élèves et enseignants), en sensibilisant les professeurs et les conseillers d’orientation et en améliorant le contenu de la formation initiale afin de coller à la réalité.
#
Nous nous engageons à rendre les chambres d’agriculture réactives au service des jeunes.  
2– Fluidifier les transmissions
Lire la suite
Notre conviction est que l’avenir de l’agriculture française passe par des agriculteurs nombreux sur tout le territoire. Faciliter le renouvellement des générations est générateur de création de valeur. Dans ce cadre, la transmission des exploitations vers des jeunes repreneurs est une priorité politique qui passe par un accompagnement et une sensibilisation des cédants.

# Nous demandons une politique de la transmission permettant de préparer en amont les cédants à transmettre, d’organiser la mise en relation et de simplifier les démarches. Dans ce cadre, un travail avec les propriétaires fonciers est indispensable pour fluidifier les transmissions.
#
Nous voulons des mesures incitatives à la transmission à un jeune en Plan de Professionnalisation Personnalisé : pré-retraites, fiscalité attractive pour les cédants…
#
Nous exigeons de toute urgence la revalorisation des retraites agricoles.
#
Nous exigeons de toute urgence la revalorisation des retraites agricoles et une loi foncière qui favorise la transmission et l’installation pour faciliter l’accès au foncier et lutter contre l’artificialisation des terres.
#
Nous exigeons une définition du statut de l’agriculteur professionnel afin de clarifier les droits et devoirs de chacun.
#
Nous nous engageons à promouvoir le parrainage afin de favoriser la transmission progressive en laissant le jeune acteur et responsable de son projet.
3– Créer les leviers pour entreprendre et investir
Lire la suite

L’investissement et l’esprit d’entreprise nécessitent confiance en l’avenir et visibilité. Les organisations professionnelles agricoles ont leur rôle à jouer en offrant aux agriculteurs la possibilité de confronter leurs idées, en les aidant à raisonner leurs projets ou en proposant des solutions collectives ou mutualistes. Mais il faut aussi faciliter la vie de l’entrepreneur en simplifiant l’accès au financement de l’exploitation et les démarches administratives. Enfin, l’accès au progrès est déterminant et particulièrement le développement des outil numériques. Il faudra savoir utiliser à bon escient toutes les opportunités de nouvelles technologies profitables aux agriculteurs.


# Nous appelons au développement des financements participatifs et de tous les outils qui permettent de mobiliser les capitaux.
#
Nous revendiquons des démarches administratives basées sur la confiance, et non plus sur la suspicion, en inversant la charge de la preuve et en admettant le droit à l’erreur.
#
Nous entendons favoriser les partages d’expérience, à travers nos organisations ou à travers des groupes d’agriculteurs locaux.
#
Nous appelons à l’accueil des jeunes dans les groupes de progrès ou de développement territoriaux.
#
Nous soutenons la promotion d’outils collectifs, tels que les Cuma, les groupements d’employeurs ou le Cofarming…,

4- Redynamiser les territoires ruraux
Lire la suite

L’agriculture est le poumon des territoires ruraux. Par l’activité économique générée en premier lieu, mais aussi par l’implication et la mobilisation des agriculteurs et des agricultrices dans les conseils municipaux, dans le monde associatif, dans les projets locaux… Soulignons le rôle essentiel des agricultrices dans ces instances et plus largement dans la vitalité de nos territoires. Nous devons conforter les dynamiques locales en étant à la base du développement des projets territoriaux, en réunissant les acteurs du territoire ou encore en étant facilitateur et coordinateur des projets territoriaux. FNSEA+JA nous portons cette conviction que les agriculteurs ont un rôle qui dépasse le seul objectif de la production. Preuve en est de tous les services rendus par les agriculteurs à la société (dégagements de routes enneigées, aides lors d’inondations ou de tempêtes…).

# Nous voulons faire émerger et accompagner l’ingénierie de projet des territoires.
#
Nous demandons à disposer des compétences nécessaires sur tout le territoire.
#
Nous revendiquons le maintien et le développement des infrastructures nécessaires à l’activité agricole ainsi que les services
de proximité.
#
Nous appelons à la lutte contre les déserts médicaux.
#
Nous exigeons la suppression des zones blanches (internet ou téléphonie mobile).

 

UNE AGRICULTURE DE PROGRÈS
POUR QUE CHACUN VIVE
DIGNEMENT DE SON MÉTIER

Notre ambition est de promouvoir une agriculture de production, qui contribue à structurer les territoires par des filières dynamiques, qui s’appuie sur des exploitations de type familial dirigées par des agricultrices et des agriculteurs qui maîtrisent leur exploitation et sont autonomes dans leurs choix et en mesure de porter des projets collectifs.

1- Poser le cadre d’une rémunération juste pour le producteur au sein des filières
Lire la suite

Notre ambition est de promouvoir une agriculture de production, qui contribue à structurer les territoires par des filières dynamiques, qui s’appuie sur des exploitations de type familial dirigées par des agricultrices et des agriculteurs qui maîtrisent leur exploitation et sont autonomes dans leurs choix et en mesure de porter des projets collectifs. Pour cela, il est urgent de créer les conditions permettant aux agriculteurs de vivre dignement. Cela passe par une réforme du cadre règlementaire des négociations commerciales, l’inversion de la logique de construction des prix et la défense de l’exception agricole dans le droit de la concurrence. Il est urgent de donner une concrétisation à ce que nous avons porté, FNSEA+JA, lors des discussions du règlement européen « Omnibus », lors des Etats Généraux de l’Alimentation ou encore lors du travail mené sur l’amélioration des relations au sein de la chaîne alimentaire.

# Nous appelons solennellement à la mise en place des relations commerciales équilibrées.
#
Nous demandons que la capacité de négociation collective des producteurs soit respectée.
#
Nous demandons à l’Etat de garantir la juste répartition de la valeur.
#
Nous demandons la remise en cause des concentrations des centrales d’achat au niveau de la grande distribution (loi « anti-trust »).
#
Nous demandons l’arrêt de toutes les importations distorsives.
#
Nous appelons les acteurs institutionnels et économiques à se fédérer autour des projets agricoles.
#
Nous voulons défendre la diversité des systèmes agricoles et portons l’ambition de produire pour tous les marchés (proximité, export, …) en s’adaptant aux demandes des consommateurs.
#
Nous entendons être un syndicalisme aiguillon et partie prenante des filières agricoles et de leur environnement.
#
Nous attendons un appui des pouvoirs publics en matière d’innovation et de financement permettant la création de valeur ajoutée.

2- Redonner aux exploitations des outils de multi performance
Lire la suite

Pour faire face au dumping de nos concurrents, pour être concurrentiel sur des marchés ouverts, pour pouvoir gagner des parts de marché, pour répondre aux demandes de multi-performance, nos exploitations ont besoin d’une politique de compétitivité : Baisse des charges, évaluation de l’impact économique et social de toute nouvelle norme, modernisation des moyens de production (foncier, eau, protection des cultures, outils de production…), accès à l’innovation et à la recherche, vulgarisation des outils numériques… L’agronomie et l’innovation doivent être au coeur de cette politique.



# Nous encourageons la recherche et l’innovation pour valoriser nos productions (animales, végétales, énergétiques, non-alimentaires…)
#
Nous appelons à une réforme du coût du travail, à travers la TVA sociale, pour permettre à la France de conserver les productions les plus employeuses, notamment de travailleurs saisonniers.
#
Nous appelons à la réduction des contraintes administratives multiples et refusons toutes les surtranspositions des normes européennes.
#
Nous demandons que toute nouvelle norme fasse l’objet d’une évaluation de son impact, notamment économique et que le Corena (Comité de rénovation des normes en agriculture) joue pleinement son rôle.
#
Nous souhaitons que la transition des exploitations soit accompagnée et financée en s’appuyant sur les expériences développées localement.
#
Nous exigeons l’optimisation de la gestion des cycles de l’eau (stockage, irrigation…) face aux conséquences du changement climatique de manière à assurer la durabilité des exploitations. Nous demandons la création de nouveaux stockages d’eau.
#
Nous appelons à maintenir les outils de transformation au plus près des bassins de production. # Nous appuyons les démarches d’investissement collectif.

3- Donner de la confiance par une politique ambitieuse de protection contre les aléas
Lire la suite
Depuis des années, nous interpellons les pouvoirs publics sur l’importance, dans un contexte de volatilité des prix et d’accidents climatiques à répétition, de mettre sur pied une politique ambitieuse de protection contre les aléas. Elle est indispensable pour donner stabilité, visibilité, et confiance dans l’avenir aux agriculteurs. Elle doit leurs permettre de bénéficier d’outils capables d’assurer la pérennité de leur entreprise.

# Nous demandons un plan ambitieux d’accompagnement à la sécurisation des entreprises (aléas climatiques, environnementaux, sanitaires, politiques, économiques…) qui passe par :
Une meilleure formation des agriculteurs pour gérer les risques,
- Une politique fiscale agricole rénovée créant une réserve de précaution permettant à l’agriculteur de faire face à tous types d’aléas et qui constituera la première étape d’une politique ambitieuse de gestion des risques,
- Le développement d’outils de gestion des risques notamment les assurances climatiques, les fonds de mutualisation des risques sanitaires et environnementaux, les fonds de stabilisation du revenu dans le cadre d’une future PAC rénovée.
- Un renforcement des incitations à la souscription d’outils de gestion des risques.
#
Nous exigeons que les agriculteurs soient indemnisés à la hauteur du service qu'ils rendent à la société lorsque les terres agricoles servent de réceptacles aux excédents d’eau des rivières.
4- Accompagner les plus fragiles
Lire la suite

Notre promesse est d’accompagner tous les profils, ceux qui foncent, ceux qui s’accrochent, ceux qui décrochent ; Ne laisser personne sur le bord du chemin et lever le tabou de l’échec pour éviter les drames qui frappent les agriculteurs et leurs familles. Fidèles aux valeurs de solidarité de nos organisations syndicales qui se traduisent dans les actes quotidiens des JA et des FDSEA locales, l’Homme doit être remis au coeur des objectifs politiques.

# Nous proposons une réelle politique de prévention des difficultés :
- Formations pour une meilleure compétence de gestion, et plus largement pour mieux piloter son exploitation en situation d’aléas et anticiper les difficultés.
- Organisation de la détection et de l’accompagnement des agriculteurs fragilisés, par la formation et le conseil, en partenariat avec la MSA, les CDA, les outils économiques…
- Mise en place des « séances de paroles » avec des partenaires professionnels compétents.
#
Nous demandons des dispositifs d’aides spécifiques pour les agriculteurs en grande difficulté et qui souhaitent rebondir.
#
Nous mobilisons, et continuerons à le faire, la force du collectif de toutes les organisations professionnelles agricoles pour accompagner les plus fragiles.

UNE AGRICULTURE
RECONNUE POUR SES MULTIPLES
CONTRIBUTIONS : RECONNECTER LA SOCIÉTÉ ET SON AGRICULTURE

Pour répondre aux interrogations de la société sur l’activité agricole, la meilleure réponse n’est pas institutionnelle, mais celle portée par les agriculteurs sur le terrain

1- Valoriser les solutions portées par les agriculteurs et nouer des alliances avec les consommateurs
Lire la suite

Pour répondre aux interrogations de la société sur l’activité agricole, la meilleure réponse n’est pas institutionnelle, mais celle portée par les agriculteurs sur le terrain. Les démarches gagnant-gagnant qui lient producteur et consom-acteur permettant de créer de la valeur ajoutée et de la partager équitablement doivent être multipliées. Les agriculteurs doivent saisir les opportunités des attentes locales et les transformer en marchés. Les services rendus par les agriculteurs doivent être valorisés. Il faut reconnecter l’acte de production avec l’alimentation, l’industrie agro-alimentaire ou encore la production d’énergie. Il faut conforter la reconnaissance du rôle économique, social et environnemental et par là-même de l’esprit d’entreprendre des agriculteurs. Remettons la production au coeur de l’alimentation.

# Nous appelons à la reconnaissance du rôle de l’agriculture en matière d’emploi sur les territoires et en matière de protection de la nature et de la biodiversité.
#
Nous souhaitons que le producteur soit acteur de son produit et de sa valorisation et que cette communication ne soit pas laissée aux autres maillons des filières.
#
Nous demandons que les producteurs soient au coeur des campagnes de communication.
#
Nous entendons être producteurs pour tous les segments de marché et tous les réseaux de distribution.
#
Nous nous engageons à continuer à développer tous les segments de qualité, à promouvoir et faire reconnaitre des pratiques agricoles innovantes y compris en matière environnementale,
#
Nous appelons à mettre en avant les produits d’origine France et sous signe de qualité.
#
Nous demandons des étiquetages clairs et permettant d’identifier l’origine des produits et exigeons qu’ils soient respectés.
#
Nous souhaitons que soit dynamisé le financement participatif des initiatives locales de développement (production, transformation, distribution).

2- Faire preuve de pédagogie et remettre du pragmatisme et du bons sens face à l’irrationnel
Lire la suite

Notre projet est de faire changer le regard de la société sur l’agriculture, notamment le regard des jeunes. Nous devons à ce titre réinvestir le champ de la formation initiale pour travailler avec l’éducation nationale sur des outils pédagogiques collant à la réalité des exploitations. Nous devons nous ouvrir à d’autres regards pour pouvoir redonner de la confiance par l’intermédiation, notamment par la caution d’experts reconnus. Cette ouverture est nécessaire pour faire dire par d’autres toutes les réalisations, les changements ou les expérimentations mises en oeuvre par les agriculteurs, à défaut d’être entendus lorsque nous le faisons. Au-delà de l’acte de production, nous devons apprendre à être pédagogues.

# Nous proposerons des partenariats à l’éducation nationale. Nous réinvestirons le champ des programmes scolaires sur le sujet de l’agriculture et de l’alimentation.
#
Nous mettrons en avant nos savoir-faire dans des cercles parfois éloignés de l’agriculture et en s’appuyant sur des leaders d’opinion.
#
Nous nous engageons à repositionner en permanence les réalités chiffrées de l’agriculture.
#
Nous appelons les pouvoirs publics et tous ceux qui interviennent sur l’agriculture à sortir des dogmes et à faire preuve de pragmatisme.
#
Nous nous engageons à tout mettre en oeuvre pour développer l’attractivité de notre métier et de projets viables vivables et transmissibles.

3- Faire cesser la déconsidération récurrente de l’activité agricole qui mine le moral des agriculteurs
Lire la suite

Les accusations permanentes et toujours plus violentes contre les femmes et les hommes qui font l’agriculture française sont insupportables. Alors que les agriculteurs devraient pouvoir être fiers de leur travail et reconnus par la société pour le rôle multiple qu’ils jouent, ils se sentent déconsidérés. Il est de notre devoir d’organisations professionnelles de travailler à la reconstruction de la considération des agriculteurs par les français. Cela passe par des initiatives à tous les échelons (local et national) permettant de consolider les liens et de faire acte de pédagogie sur la réalité de l’activité agricole. Cela passe par des stratégies de défense face à des attaques souvent éloignées de notre réalité. Nous, FNSEA+JA nous nous engageons à être en première ligne sur ce chantier en ayant à coeur de représenter l’agriculture au-delà de son champ habituel.

# Nous repositionnerons la dimension économique de l’agriculture afin de faire reconnaitre que le métier d’agriculteur doit permettre avant tout à des femmes et des hommes de vivre dignement.
# Nous entendons répondre posément mais systématiquement aux incohérences de nos détracteurs, et exiger la sortie du silence des pouvoirs publics.
#
Nous voulons ouvrir les exploitations au public et montrer ce que nous faisons au quotidien afin de recréer un lien de confiance avec la société.
#
Nous nous engageons à réaliser des communications positives, locales et nationales, sur notre métier, fondées notamment sur la mise en avant de portraits d’agriculteurs.
#
Nous travaillerons à un plan de communication agricole avec les autres organisations professionnelles agricole.


UNE AGRICULTURE AU COEUR 
DU PROJET EUROPÉEN

Notre vision est claire : l’agriculture française a besoin d’une Europe forte. Une Europe qui porte une ambition, une Europe plus proche des citoyens, une Europe plus harmonisée et solidaire.

1- Redonner une ambition à l’Europe
Lire la suite

Notre vision est claire : l’agriculture française a besoin d’une Europe forte. Une Europe qui porte une ambition, une Europe plus proche des citoyens, une Europe plus harmonisée et solidaire. L’Europe, dans son fonctionnement actuel ne peut nous satisfaire. Il faut lui redonner du sens. Face aux défis qui se présentent, notamment la guerre commerciale que se livrent américains et chinois, l’Europe doit reprendre sa place, s’affirmer sur la scène internationale et mieux protéger ses ressortissants. Pour pouvoir s’affirmer au niveau international, il est d’abord essentiel que l’Europe soit en capacité de parler d’une seule voix. Cela passe par la relance de la recherche de la convergence, afin d’éviter la concurrence entre les bassins de production à l’intérieur de l’Union, par un budget européen renforcé et indépendant des contributions nationales et s’il le faut par la création de « groupes pionniers » de pays qui ouvrent la voie à une véritable Union économique, financière, bancaire et budgétaire.

# Nous plaidons pour une réforme de la Gouvernance de l’Union Européenne renforçant le rôle des élus politiques qui doivent être responsables devant les citoyens.
#
Nous appelons d’urgence à une harmonisation des politiques, fiscales, sociales et environnementales.
#
Nous martèlerons le principe qui veut que dans un marché unique, les règles soient uniques. Les distorsions sont inacceptables.

2- Porter un projet agricole européen
Lire la suite

La Politique Agricole Commune a été, dès l’origine, un ciment de l’Europe. Et le lien particulier entre les citoyens et les agriculteurs à travers l’alimentation est encore extrêmement fort. Toutefois, il est nécessaire de repenser un véritable projet agricole européen car, aujourd’hui, ni les agriculteurs, ni les citoyens n’ont une vision de la politique agricole portée par l’Europe. Il faut refixer des objectifs : consolider une agriculture rémunératrice pour des agriculteurs sécurisés, à même de la maintenir diverse et plurielle sur tout le territoire et créatrice d’emplois et de valeurs ajoutée dans les filières ; Assurer la sécurité alimentaire en Europe et dans le monde ; Préserver la qualité du modèle alimentaire européen ; Agir pour la durabilité de l’agriculture et répondre aux enjeux sociétaux.



# Nous appelons l’Europe à fixer des objectifs clairs et lisible à la politique agricole européenne qui rappellent l’impératif de rémunération des agriculteurs.
#
Nous sommes attachés à une politique agricole réellement commune et pas une somme de politiques agricoles nationales.
#
Nous voulons que la traduction des objectifs de la PAC, soit acceptable pour les agriculteurs et correspondent à la réalité de leur activité.
#
Nous rappelons que la PAC ne peut exister sans une volonté de sécurisation des agriculteurs et leurs exploitations.
3- Fixer les priorités de la future PAC
Lire la suite

FNSEA+JA seront force de propositions pour la future PAC. Une PAC à même d’accompagner les projets des agriculteurs. Résilience, durabilité et performance seront les maîtres mots qui guideront nos orientations. Résilience car face à des aléas qui se multiplient et à une volatilité des cours destructrice, il est impératif d’anticiper via une politique de gestion des risques permettant de donner de la robustesse aux exploitations et de la visibilité aux exploitants quant à leur revenu. Durabilité, car l’alimentation de qualité, la protection des ressources naturelles, la préservation des paysages, la protection de la biodiversité ou encore la lutte contre le changement climatique sont la marque de fabrique de l’agriculture européenne. Performance, pour que l’agriculture européenne, dans sa diversité, retrouve de la croissance et une capacité à se structurer en phase avec toutes les demandes, à dégager de la valeur ajoutée et obtenir qu’elle soit équitablement répartie.



# Nous demandons une politique agricole qui oriente, qui structure, qui stabilise et qui protège.
# Nous revendiquons un budget à la hauteur de nos attentes.
# Nous exigeons une PAC qui favorise la recherche et l’innovation.
# Nous demandons une PAC qui préserve des agriculteurs nombreux et soit donc ambitieuse pour le renouvellement des générations tout en appuyant les agriculteurs actifs et professionnels.
# Nous demandons un calendrier de réforme adapté à l’ambition que nous voulons donner à la PAC.
# Nous exigeons des simplifications face à des contraintes qui freinent le dynamisme.
# Nous attendons une cohérence entre tous les échelons de mise en oeuvre (européen, national, régional).

UNE AGRICULTURE DE PROJETS
POUR LA VITALITÉ ÉCONOMIQUE
DES TERRITOIRES

FNSEA+JA, nous entendons développer un syndicalisme de projets.
Lire la suite
Car les réponses aux défis de l’agriculture ne seront pas identiques sur tous les territoires ou pour toutes les productions. Nos structures locales accompagnent au quotidien les projets de proximité afin que chaque agriculteur puisse trouver sa voie dans ce monde en mutation. La proximité de nos structures avec les agriculteurs, mais aussi avec les décideurs locaux, permet de suivre et de conseiller les agriculteurs dans leurs projets de développement. C’est un rôle essentiel pour la dynamique agricole et c’est l’esprit de notre engagement syndical. FNSEA+JA, nous sommes en effet les seules organisations à assurer une présence sur tout le territoire, en métropole et dans les départements d’Outre-mer, à agir en proximité et au quotidien, à nous investir sur des projets de développement économique. Cette proximité, qui se traduit par des actions d’animation, de communication auprès du grand public, mais aussi par de l’accompagnement de projets territoriaux est une force au service des agriculteurs. Nous invitons ainsi, dans le cadre de ce projet, nos structures locales à faire part ici de leur investissement, de leurs actions et de leurs ambitions dans ce rôle.

DES CHAMBRES D’AGRICULTURE
QUI DOIVENT ACCOMPAGNER
NOTRE PROJET

Les élections aux Chambres d’Agriculture vont permettre de donner une majorité aux organisations qui défendent une ambition pour l’agriculture française. Cette majorité, essentielle pour donner une force de représentativité qui sera utile au cours des négociations à venir en France ou en Europe, va aussi permettre de donner une orientation aux chambres d’agriculture qu’elles soient départementales ou régionales. A ce titre, le maillage territorial des réseaux FNSEA+JA est indispensable pour agir de manière coordonnée et efficace dans les chambres régionales.

Pour FNSEA+JA, les Chambres d’agriculture doivent être au service d’un projet de développement de l’agriculture, elles doivent être accessibles, proches des agriculteurs et sources de progrès à travers l’innovation, la diffusion d’information ou encore la formation. Elles doivent, à travers des collaborations avec les autres réseaux de services aux agriculteurs, permettre de donner à tous les porteurs de projets une vision large et d’ouverture.

1- Des Chambres d’Agriculture accessibles et proches des agriculteurs
Lire la suite

Les chambres d’agriculture doivent être au service de tous. Le développement doit être accessible à tous et à tous les types de projets. Elles doivent savoir faire preuve de réactivité. Leur ambition doit être d’apporter un service à l’agriculteur.

L’ancrage territorial de la chambre doit être réaffirmé car elle est un acteur du territoire, relais auprès des élus locaux (Communautés de communes et communautés d’agglomération) et jouant un rôle de médiateur sur les territoires, notamment en matière d’urbanisme, d’environnement…)

Acteur incontournable de la formation et de la vulgarisation, ses collaborateurs doivent être porteurs d’un conseil d’avenir. Cela suppose enfin que les chambres soient en mesure de proposer des services à coûts abordables.

# Nous souhaitons que le contact humain reste la pierre angulaire de l’accueil dans les chambres d’agriculture (accueil par interlocuteur transversal, maintien des antennes), même si les outils numériques peuvent constituer des portes d’accès et être utilisés au service de la proximité.
#
Nous réaffirmerons le rôle de coordinateur technique de la Chambre sur le territoire (mission confiée par le code rural) et proposeront de l’élargir sur les mises à disposition de solutions pour les agriculteurs.
#
Nous nous engageons à développer les services des chambres en matière d’aménagement du territoire pour éviter l’appel à des cabinets extérieurs (ex : permis de construire, études d’impact…).
#
Nous développerons le travail en réseau hors département pour être le plus efficace possible au service des agriculteurs.
#
Nous demandons le maintien des moyens pour assurer, en proximité, les missions assignées aux Chambres d’Agriculture.

2- Des Chambres d’Agriculture à la pointe de l’innovation et du progrès
Lire la suite

Les Chambres d’Agriculture doivent avoir pour objectif de jouer le rôle d’un conseil indépendant, à moindre coût, dans le but de permettre le développement de projets d’agriculteur afin d’améliorer son résultat. Pour ce faire, elles doivent être leader sur l’expérimentation ou avoir les liens suffisants avec les instituts techniques ou les établissements d’enseignement. Ainsi, elles pourront accompagner tous les agriculteurs à mettre en place des démarches de progrès individuelles ou collectives tenant compte de l’innovation et du progrès. Les Chambres doivent être précurseur dans la conduite du changement pour que les agriculteurs puissent trouver des réponses face à des contraintes nouvelles ou des opportunités de marché.

# Nous agirons pour que les chambres d’agriculture repèrent, mettent en réseaux, animent des groupes d’agriculteurs chercheurs/expérimentateurs/pionniers…
# Nous appuierons la valorisation des expériences pour une vulgarisation la plus large possible.
# Nous engagerons une réflexion sur la posture et les compétences des conseillers afin de privilégier l’animation à la seule compétence technique.
# Nous engagerons les chambres à fonctionner en mode start-up.
# Nous favoriserons des partenariats autour de l’expérimentation.
# Nous continuerons à adapter les compétences aux besoins de l’accueil et du conseil des futurs installés.


3- Des Chambres d’Agriculture pilotées par des agriculteurs élus
Lire la suite
Les chambres d’agriculture sont des outils au service de la profession agricole et pilotées par des agriculteurs élus tous les 6 ans. Elles ont pour vocation à mettre en oeuvre un projet qui est celui porté par les candidats élus. FNSEA+JA nous entendons rappeler ces principes de bon sens, notamment à l’Etat, pour réaffirmer que les Chambres d’Agriculture ne constituent pas un outil au service de l’administration.

# Nous défendrons le rôle des élus à la Chambre d’Agriculture en matière d’orientation du développement agricole dans un département, et le relais indispensable qu’ils représentent à l’échelon régional.
# Nous refuserons toute mission de contrôle ou tout transfert de missions entre administration et chambre.
# Nous rappellerons avec force et conviction les missions de la chambre et amèneront à faire la distinction entre les rôles des chambres, du syndicalisme et de l’administration.
# Nous nous appuierons, dans cet esprit de clarification des rôles de chacun, sur les réseaux locaux des FDSEA et JA, notamment pour les missions liées à l’aménagement du territoire, car la force du maillage territorial de leurs responsables est indispensable à des chambres qui s’éloignent du terrain.
# Nous agirons avec l’ambition de fédérer les acteurs, sans faire de récupération.
# Nous envisagerons le développement des services dans les chambres d’agriculture de manière raisonnée et en tenant compte du contexte local.
Inscrivez-vous pour être tenu informé